Artiste Peintre Sculpteur de notre région, descendant de plusieurs générations d’artistes, Renaud Masquelier a su, par son talent, trouver sa place sur le marché de l’art.

 

Pour réaliser ses œuvres, il s’adonne à plusieurs techniques : iconographie, peinture au couteau, tachisme, œuvres conceptuelles, qui lui valent une reconnaissance de ses pairs. 

 

Il est référencé chez Drouot cotation, annuaire professionnel renommé Dictionnaire des artistes cotés, Artprice le leader mondial de l'information sur le marché de l'Art, Artnet.com, plate-forme en ligne dédiée au marché de l’art.

 

La renommée de Renaud Masquelier tend à occulter les autres facettes de cet artiste qui, juriste de formation, a exercé plusieurs métiers avant de vivre pour et par son art.

 

Découvrez ci-après ce grand artiste !

 

 

Renaud, votre parcours est atypique : Homme à multiples casquettes vous avez été successivement conseiller juridique, chef d’entreprise et ingénieur commercial avant de revenir à votre passion première, l’art. En fait qui est Renaud Masquelier ?

 

« Marié et père de deux petites filles, je suis avant tout un artiste pluridisciplinaire : de la peinture à la sculpture ou à la prise de photo qui interpelle, je m’adonne à plusieurs pratiques.

Mon envie de créer remonte à mon enfance. Très jeune je voulais être maçon. J’imaginais pouvoir concevoir des maisons à ma façon avant de réaliser bien plus tard qu’au final c’est l’architecte qui avait cet honneur. 

Par ailleurs, venant d’une famille plutôt stricte, j’étais convaincu que le milieu artistique n’était pas pour moi mais pour les autres. J’ai donc suivi une filière plus classique en étudiant le droit dans une école prestigieuse à Paris : L’Université Paris 1 - Panthéon Sorbonne.

C’est au cours de cette période que j’ai rencontré l’Abbé Benoît lors d’un atelier d’iconographie. Il m’a enseigné sa technique : j’ai appris à tremper mon pinceau et à tirer ma goutte. J’ai suivi son atelier assidûment pendant deux ans chaque vendredi après-midi.

Je connaissais par ailleurs cet art par un ami lillois qui avait de superbes icônes ramenées des Balkans. Elles représentent pour moi un art primitif avec des formes très naïves, très pures. C’est vraiment quelque chose qui me plaît.»

 

Le diplôme en poche, Renaud rejoint ses parents en Dordogne où il décroche un poste de Conseiller Juridique dans un important laboratoire pharmaceutique, fonction qu’il exercera quelques années. 

Puis il crée et dirige une société à Londres avant d’être obligé de tout stopper à la suite d’un grave accident.

Renaud ne se laisse pas abattre. Après cette douloureuse période, il retrouve un poste d’ingénieur commercial au sein d’une multinationale qui développait la GED (Gestion Electronique de Documents).

 

«Ce qui est amusant c’est qu’en informatique j’étais une véritable bille. Cependant j’ai relevé le défi et réussi ce challenge. Je me souviens que certains clients me faisaient confiance, de là à signer des bons de commandes vierges… »

 

Pourtant pendant toutes ces années, sa fibre artistique ne l’a pas quitté et le rattrape peu de temps après…

"J’ai vécu en Belgique un certain temps où j’avais une belle maison avec de grands murs blancs. Fortement inspiré d’un ami lillois, j’ai réalisé sur ces murs une peinture représentant une femme et son enfant, inspiration certainement prémonitoire puisque mon épouse m’a annoncé peu de temps après sa grossesse.

Recevant toujours du monde à la maison, mes amis, ma famille ont commencé à me passer des commandes. A partir de cet instant, j’ai su vraiment ce que je voulais faire : me vouer totalement à mon art."

 

Depuis très présent artistiquement dans notre région, il se démarque notamment sur le parcours du Paris Roubaix où il réalise en 2013 le plus gros pavé du monde (en fibre de verre), visible à Templeuve, au pied du Moulin de Vertain.

 

Il renouvelle l’opération en 2014 en rendant hommage à M. Jean-François Pescheux (coureur, régulateur et organisateur du Paris Roubaix), avec une allée de pavés colorés, ainsi qu’en 2015, avec un monument qui reprend le nom des vainqueurs de cette course.

 

Son talent est indéniablement reconnu. Parfois épinglé comme provocateur, Renaud s’en défend.

 

«J’ai réalisé des séries de photos sur lesquelles je fais la manche à côté d’une Aston Martin, fumant le cigare et revêtu d’un costume.

Je souhaitais notamment montrer que tout le monde est touché par la crise. Effectivement ces photos interpellent mais elles se veulent surtout humoristiques pour apporter une petite bouffée d’oxygène dans ces temps difficiles. 

Je suis un booster d’énergie.»

 

 

Votre attachement pour le Nord est incontestable, comme lu précédemment, vous avez notamment marqué les esprits par vos créations en l’honneur du Paris-Roubaix. Pour des raisons économiques et fiscales, beaucoup d’artistes s’exilent vers d’autres pays. Pas vous ?

 

« C’est peut-être très basique comme raisonnement, mais je suis d’ici. Je suis profondément ancré à ma région, à ma maison de famille située à Bachy. Plusieurs générations de Masquelier sont nées et décédés ici.

C’est une maison qui a une âme. J’ai besoin de repères. C’est très important pour moi de savoir d’où je viens.

Et peu importe si je dois payer des impôts en France. Après tout, si j’en paie, c’est parce que mes œuvres se sont vendues, donc tant mieux. Gagner de l’argent c’est bien mais combien de gens perdent leur âme pour en gagner toujours plus. Mon sang a coulé ici, je suis sur mes terres  »

 

Par ailleurs, les œuvres de Renaud sont accessibles à tous que l’on soit un particulier ou une entreprise.

 

« Pour tout acquéreur, je propose un système de location avec ou sans option d’achat : l’acquisition d’une oeuvre se réalise via un contrat de location. Si l’acquéreur opte pour une option d’achat, l’oeuvre est alors acquise à l’issue de la location pour le montant de sa valeur résiduelle.


Par ailleurs, on peut considérer ce type d’acquisition comme un investissement, je suis un jeune artiste et me bat pour faire grimper ma cote. Je suis déjà référencé notamment chez Drouot cotation et Artprice… ». Pour plus d’infos,cliquez sur ce lien

 

Renaud s’est démené pour se faire connaître. Sa renommée, c’est en partie à lui seul qu’il la doit. 

 

 

Votre talent vous a donc propulsé parmi les artistes cotés, vos œuvres se vendent également à l’étranger. Votre formation et votre parcours professionnel vous ont certainement aidé à gérer votre activité. Mais est-ce suffisant ?

 

« Même avec ma formation et mon parcours professionnel, je ne suis pas en mesure d’être sur tous les fronts. J’ai besoin d’être soutenu pour continuer à avancer.

C’est le cas tout d’abord avec ma banque, le Crédit du Nord de Baisieux. C’est un véritable et précieux soutien. 

Par ailleurs, très vite  mon entourage m’a conseillé de faire appel à un Expert-Comptable. J’ai donc réalisé des cartes de vœux à destination de 5 cabinets au dos desquelles j’ai indiqué «Appel d’Offres – Recherche Comptable.

J’ai obtenu 2 réponses avec 2 offres différentes : celle de Xavier DESBONNET, de Trigone Conseil en Pévèle, et un autre cabinet.

En temps ordinaire, je les aurais mis en concurrence. Mais pas dans le cas présent.

Lors de notre rencontre, j’ai été convaincu par Xavier DESBONNET. Il est atypique et ne correspond pas à l’image que l’on peut se faire d’un comptable. Très humain, à l’écoute, nous étions sur la même longueur d’onde. Je suis très content de l’avoir rencontré.

Aujourd’hui, je recherche un nouvel agent artistique pour déléguer le développement de mon activité et ainsi me reconcentrer pleinement sur mes créations... »

 

Renaud et sa dernière œuvre réalisée entièrement à partir de pièces de voitures.


 

Pour le joindre :
Mail : renaud@masquelier-artiste.com
Tél. : 06 | 43 | 44 | 25 | 46
Site : http://www.masquelier-artiste.com/

Facebook